Bonjour, moi c'est Solenne :)

J’ai 32 ans et je suis auvergnate. J’ai vécu dix ans à Paris: c’est là que s’est développée mon entreprise, après des études hasardeuses entre droit et langues. C’est désormais dans mon cocon lyonnais que je vous accueille lorsque je ne suis pas en déplacement.

J'ai commencé la photo de 2009 au départ pour palier à ma timidité, puis c'est devenu pour moi un moyen d'apporter un peu de confiance à celles qui en ont besoin. Ce qui me plaît dans mon métier, c’est de rencontrer des femmes, de vous rencontrer, car c'est vous qui m’inspirez le plus. J’aime vous ouvrir ma porte comme à une vieille amie que je n'aurais pas vue depuis longtemps. Autour d’un thé, j’échange avec vous sur le pourquoi vous venez à moi, vos envies, vos besoins. Je pense pouvoir tout entendre et comprendre. Mon but est qu’on puisse ensemble, en confiance, fabriquer des images qui vous plairont.

Je cherche à montrer — notamment avec la série « Sans complexe » que j’ai démarrée en 2015— que chacune d’entre nous peut être, doit être, vue quel que soit son physique. Il y a de la beauté partout pour ceux qui veulent bien la regarder. Je m’y attelle, en faisant ces photos que je veux brutes mais non sans douceur : peu de retouches, lumière naturelle, tons froids, poses harmonieuses (j’ai une passion pour les mains et les nuques). C’est comme si je vous cueillais au réveil, sans artifices. Et si, croyez moi, vous êtes belles au réveil en oubliant un moment les complexes qui vous habitent.

Mon travail de photographe est largement dédié à ces femmes qui se laissent abriter quelques heures par mon regard que j’espère sensible. Je travaille aussi régulièrement avec des marques (lingerie, vêtements, bijoux) dont la démarche éthique, inclusive et féministe s’accorde à mes valeurs. Ça me plaît de pouvoir tout concilier.

 J'aime la douceur, la sensualité, les matières. 
Les mains, les regards, les absences.

Ça c'est l'endroit dans lequel je vous accueille et où je vous prends en photo lorsque vous venez à moi à Lyon. J'aime les ambiances cosy, les plantes, les endroits où on se sent bien.
Je ne travaille qu'en lumière naturelle, c'est là que j'y prends le plus de plaisir.

Un peu de moi

1 . Je suis auvergnate, et j'en suis plutôt fière.
2. Je suis partie à Paris sur un coup de tête pour suivre quelqu'un. Finalement j'y ai passé 10 ans et j'y ai construit mon entreprise
3. Je suis introvertie et très empathique. J'essaie autant que possible de me mettre à la place de l'autre.
4. J'adore voyage, je travaille pour ça (et pour manger aussi, ma seconde passion :D ).
5. J'adore les plantes, j'en ai beaucoup à l'appartement. Ce sont un peu mes collègues de travail :D
6. Je ne peux retoucher sans un film à coté, impossible de me concentrer autrement.
7. Je décrirais mon travail en trois mots: Sensible, naturel, honnête
8. Je déteste être prise en photo. Héhé
9. Si je n'étais pas photographe j'adorerais avoir un petit café mignon ou faire un travail manuel ( ébéniste peut-être )

Ma Démarche

Je me suis rendue compte que la chose qui me faisait me sentir bien et à ma place, c’était faire des images. J’ai alors commencé à contacter des nanas sur FB, à shooter mes collègues, faire des tests mannequins. Là où j’étais la plus à l’aise, c’était autour d’un thé à échanger sur des choses que l’on se raconte dans l’intimité. J'ouvre régulièrement ma porte aux complexes,  à la maladie, à des violences en tous genres, à des maternités compliquées, à la perte, au chagrin d'amour, à l'épuisement. Mais aussi au doutes, à la fragilité.  De discuter comme ça, ça me donnait envie de décrypter les visages, et la façon de se mouvoir qu’ont les personnes qui vous racontent quelques choses qui les touche.

Je peux voir du beau dans n'importe qui. ( Sans prétention, j'ai appris à être fière de ce que j'arrive à faire).
Avec les années, je me suis entraînée à me demander, lorsque je rencontre une femme: " qu'est-ce qui pourrait faire que je puisse tomber sous le charme de cette personne?" ( métaphoriquement ). Qu'est-ce qui pourrait me donner une émotion? Serait-ce une façon de parler ?
De remettre une mèche derrière l'oreille ? Une fossette ? Un grain de beauté ?
Je trouve qu'un regard plein d'admiration voit des choses imperceptibles mais fortes de beauté.
Donc c'est la mission que je me suis donnée : montrer de la plus douce des façons, ce qui ressort des femmes qui viennent me voir.
J’ai fêté mes 1 900 shooting il y a peu. Je ne me rappelle pas m'être déjà retrouvée bloquée, à ne rien trouver à mettre en valeur. 

En général quand on vient à moi, on vient dans un endroit neutre, sans jugement. On vient pour échanger entre individus, sur ce qu'on veut. On parle, on se livre, ou pas du tout.  Je ne suis pas là pour forcer, ni pour brusquer. Juste là, pour être là. Avec du thé, de la musique et toute la bienveillance possible. Avec humour, compassion, et même dans le silence si il le faut.

Certaines personnes développent des complexes suite à divers d’événements: violences ( physiques, mentales, sexuelles), après une grossesse, après une rupture, après une perte , après / pendant une maladie, après des années à se faire répéter des choses horribles, ou aussi à force d’être en compétition avec d'autres etc. Mais aussi des complexes sur la personnalité ( la timidité, le fait d'être introverti etc. ). Il arrive qu'il y ait de la culpabilité derrière ces complexes ( " je ne devrais pas complexer il y a pire") et c'est un cercle vicieux.
Un complexe ça ne se justifie pas. La seule personne qui doit de vivre avec, c'est nous. Et le chemin est parfois long. C'est là que j'essaie d'être un maillon vers l'acceptation. Arriver à montrer un ensemble et non plus un détail. Parce que parfois on a tendance à focaliser sur ce qui nous déplaît. Soyons honnête, un shooting ça ne change pas la vie, ça ne fait pas oublier ses malheurs en un claquement de doigt, mais ça peut être le début de quelque chose, un déclic.

FAQ

 " Un shoot guérit-il ?"

Il n'y a pas de miracle, on ne "répare " pas une personne avec des images. Mais souvent c'est comme un câlin après de gros sanglots:
ça aide à reprendre son souffle pour aller de l'avant. 

" Jusqu'où creuses-tu pour comprendre les personnes?"
Je ne creuse pas, je n'ai pas le bagage pour. Je prends ce qu'on me donne, j'essaie de déduire ce que l'on attend de moi. Souvent la cause des maux est évoquée rapidement, et finalement ce n'est pas le plus important. L'important c'est de faire le pas pour apaiser .

"Shoot-tu les hommes?

Bien que les hommes aient aussi leurs complexes, je suis plus à l'aise à travailler avec des femmes sur ce genre de moments assez intimes.

"Où prends-tu ton inspiration?"

Je n'ai pas vraiment d’inspiration, je suis avec la modèle on discute, on tente des choses et on voit.

"Comment arrives-tu à mettre en confiance?"
J'imagine que quand fait le pas vers un shooting, une partie de soi à déjà un peu confiance. Pendant le shoot j’instaure un rapport simple . Je suis assez "nature", donc je prône le " soi toi-même, il n'y a personne qui nous regarde. Tu n'as pas à être sexy/drôle/extravertis/ savoir poser etc. Pas de chichi c'est un moment pour toi. J’ai du thé magique, je suis certaine que ça aide haha

"Comment faire lorsque l'on n'est pas à l'aise ?"
Faire confiance à son photographe. Il est là pour ça, pour vous guider, vous rassurer aussi. ( Je défie quiconque de faire des belles photos de quelqu'un qui est mal à l'aise.) Lâcher prise est super compliqué. Pour ma part j'ai des "techniques"
qui font qu'on se sent un peu nouille mais qui détendent. Chaque photographe à ses techniques. La mienne c'est d'essayer de faire de ce moment, un moment "entre amies".


"Pourquoi tu fais ce type de shoot?"

Honnêtement je n'en ai aucune idée. La photographie n’est pas une passion ( j'imagine qu'une passion ça s'effeuille avec le temps) donc je ne suis pas très créative. Par contre, j'adore passer du temps avec les personnes qui viennent à la maison, et d'avoir comme souvenir du moment, des images qu'on travaille ensemble. C'est l'échange et les discussions qui m'animent.  Ensuite, je sais que je fais du bien à la majorité des personnes qui viennent à ma rencontre, comme elles me font du bien en me faisant confiance. ( J'ai du mal à le dire fièrement, de peur de passer pour une une personne imbue, mais j'ai compris que je n'ai pas volé ma place et que j'ai le droit d'être fière ).  
Alors cette voie-là me permet de m'épanouir, d'avoir de belles discussions, de sublimes rencontres, et tout ça en apprenant à être fière de ce que je fais.

Entrons en contact

 

Souscris à la Newsletter Entre ton email pour recevoir ma newsletter. Il y en aura 4 par an: 2 pour annoncer mes déplacements et 2 pour annoncer des concours. Promis pas plus.
Merci !A bientôt !
Something went wrong. Please try again.
Using Format